Mulatu Astatke


SAMEDI 7 JUILLET

 21h45 – Scène des platanes

Mulatu Astatke > vibraphone, congas, timbales, wurlitzer // Byron Wallen > trompette // James Arben > saxophone // Alexander Hawkins > clavier // Danny Keane > violoncelle // John Edwards > contrebasse // Richard Olatunde Baker > percussions // Tom Skinner > batterie

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————

 mulatu

 

Mulatu Astatke est le père et maître incontesté de « l’éthio-jazz », ce syncrétisme musical entre une musique éthiopienne séculaire et un jazz teinté de soûl, de funk, et de rythmes latinos, créé au milieu des années 60. Au tournant des années 2000, de nombreux mélomanes découvrent sa musique à travers la collection « Ethiopiques », une série de disques mythiques qui se proposait de compiler le meilleur du jazz éthiopien tel qu’il fut enregistré au début des années 70. A plus de soixante-dix ans, Mulatu Astatke reste un chercheur insatiable et nous livre sa musique particulièrement riche, nourrie de tout son parcours : sa formation de percussionniste, ses études de composition (il fut le premier étudiant africain du célèbre Collège de Musique de Berkeley à Boston), ses collaborations prestigieuses dont Duke Ellington, ses influences jazz et latines, et bien sûr la musique traditionnelle de son pays, l’Ethiopie.

Remis sur le devant de la scène en 2004 grâce à la musique du film de Jim Jarmusch « Broken Flowers », et l’album  » Sketches Of Ethiopia », il est devenu un artiste « culte ». Avec des parfums de bossa nova, des beats funky, des cuivres soul et des rythmiques est-africaines, chacune de ses apparitions en concert est une fête « ethiopian groove » sous-tendue par un somptueux appel à la danse. Un grand mécano du swing abyssinie.

                                                                                                               

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————

 

© Alexis Maryon